Sur l'œuvre d'Isaac Celnikier

par Elisabeth de Fontenay